Le document de collecte : présentation (2)

Rédigé par MBKto - - Aucun commentaire

Comme expliqué dans l'article précédent, le document de collecte a donc pour objectif de donner au copié-collé sa place dans la recherche d'information. La place qui est la sienne, c'est-à-dire d'en faire une étape et non l'aboutissement du travail.

L'utilisation du document de collecte suit, grosso modo, trois ou quatre étapes qui toutes, peuvent faire l'objet d'aménagements pédagogiques (travail individuel ou en groupe par exemple) et d'évaluations variées selon les objectifs des professeurs. Ce n'est pas le moindre des intérêts de l'outil qu'à chaque étape, les choix peuvent être différents : les effets produits (et donc évaluables) le seront en conséquence.

La première de ces étapes est la constitution du document de collecte lui-même. C'est le fruit de la recherche sur Internet : sur un sujet donné, on demande aux élèves de copier-coller dans un document Word des éléments de différents sites qui leur paraissent convenir. Concrètement, cela revient à faire créer par les élèves un document tertiaire constitué d'une compilation de plusieurs sites. Rien qu'à ce stade, les consignes peuvent être variées :

  • travail à plusieurs ou individuel (parfois imposée par la configuration matérielle)
  • des sites interdits ou pas
  • un nombre minimum de sites demandés
  • volume (en nombre de pages) du document de collecte
  • etc.

On ne transige pas sur deux points :

  • le document de collecte doit être limité (une page A4 pour un collégien par exemple)
  • le document de collecte doit être daté et la source clairement indiquée (URL et nom du site) ; on s'aperçoit rapidement que la compétence "identifier le nom d'un site et repérer l'URL" est loin d'être acquise par tous

Le document est ensuite imprimé, et on passe à l'étape suivante.

Sur le papier, les élèves doivent prélever les informations nécessaires. A ce stade, il est compliqué de faire une présentation générale car de très nombreuses options sont possibles. On pourra demander aux élèves de repérer les termes récurrents, qu'on identifiera comme des mots-clés liés au sujet ; on pourra leur demander de piocher des informations plus factuelles à partir desquelles ils rédigeront un récit ; on pourra leur faire faire un premier classement des informations relevées.

On prévoit en général ici un document, intermédiaire avant la production finale, qui permettra ce relevé. Il pourra s'agir d'un tableau, un questionnaire ou, plus ambitieusement, une carte mentale. Selon le niveau des élèves (et ce qu'on cherche à leur faire faire), ce document sera plus ou moins préparé par les professeurs.

Enfin, on aborde la production finale qui sera la présentation, par l'élève, des informations relevées (dont on espère qu'elles deviennent des connaissances) ; écrite ou orale, elle sera évaluée par le professeur de discipline.

Cela n'est qu'une trame générale. En fonction du temps dont on dispose et de la configuration matérielle, on pourra par exemple faire revenir les élèves devant les ordinateurs au moment de la troisième étape, quand pour remplir le document intermédiaire les élèves seront confrontés aux manques de leur propre recherche.

Devant la multiplicité des options, on comprend que cet outil ouvre de très nombreuses possibilités. C'est avec mes 5èmes que j'ai déjà commencé à les explorer. Ce sera l'objet des prochains billets.

 

Écrire un commentaire

Capcha
Entrez le code de l'image :