Dématérialisation

Rédigé par MBKto - - Aucun commentaire

Mardi dernier, des élèves de Première sont train de travailler leur TPE. À 5 ou 6 semaines du démarrage du projet, ils sont supposés élaborer une problématique et commencer à construire un plan. Ils me demandent mon avis sur une proposition, que je balaie sans hésiter vue sa nullité ; je leur demande donc de me préciser ce qu'ils ont comme informations. Mais ils n'ont devant eux aucun papier, aucun article, aucun document.

Je m'en étonne. Désignant alors leur smartphone (dans le lycée où je travaille, tous les élèves ont un smartphone), ils me disent : "les articles qu'on a trouvés sont là, dans notre dropbox".

Ma question "Et pourquoi n'avez-vous rien imprimé ?" obtient la réponse "Ben, on ne va pas imprimer des articles inutiles !"

"Et comment pouvez-vous savoir à l'avance ce qui va vous être utile ou pas ?!"

Et voilà des élèves incapables de construire leur réflexion, parce qu'ils n'ont rien de concret sous les yeux. Biberonnés au matraquage environnementaliste qui culpabilise le moindre gaspillage, ils renoncent à matérialiser les informations trouvées, s'empêchant par là-même d'acquérir toute connaissance.

Je les ai envoyé manu militari imprimer ce qu'ils avaient, pour qu'ils puissent enfin travailler. Oui, certains articles seront inutiles (en dernière analyse, toutes les feuilles partiront à la poubelle à la fin du projet). Mais ce n'est qu'en rendant les choses concrètes qu'ils ont une chance de mieux se représenter, mentalement et intellectuellement, les données du problème qu'ils étudient.

(Soit dit en passant, je n'ai même pas relevé la contradiction de leur refus à imprimer quand, dans le même temps, ils utilisent un appareil électronique dont l'assemblage, la consommation d'énergie et la destruction future auront au final un bilan environnemental et social bien plus négatif que la production de 50 feuilles de papier)...

Quel est ce monde dans lequel il est défendu d'assumer son incarnation ?

Maison de famille

Rédigé par MBKto - - Aucun commentaire

L'avancée en âge, puis la mort, des grands-parents, font évoluer les habitudes contractées dans l'enfance. La maison où l'on a passé ses vacances change de mains, légalement ou symboliquement, et il devient impossible de s'y rendre.

Symboliquement plus que légalement. Il n'est même pas besoin que les murs et le toit change de propriétaire au sens juridique. Parce qu'une maison, ce n'est pas seulement les murs et le toit.

Ce qui définit la propriété d'une maison, ce n'est pas tant le contrat qui établit la possession juridique, que les mille et unes petites habitudes et règles que le maître - et la maîtresse - des lieux définissent et établissent, au moment de l'acquisition (et du projet qui la motive), et au fil du temps. La vie d'une maison est faite de tous ces petits rituels : Untel se lève tôt, Unetelle fait la sieste après le repas, Tels font une partie de scrabble à cette heure délicieuse où le soleil commence à tomber, quand l'air ne pèse plus rien.

Ces petites habitudes donnent la couleur d'une maison, si bien que même en l'absence des maîtres de maison, elle reste la leur, elle reste identifiée comme "la maison des grands-parents". Si les occupants occasionnels se permettent parfois (en l'absence des maîtres des lieux) de transgresser quelques unes de ces habitudes qu'ils peuvent juger un peu absurdes, ils les acceptent néanmoins de manière générale, parce qu'elles sont celles qui font les lieux.

Vient le moment où l'avancée en âge et en maladie rend impossible que le propriétaire "en titre" revienne occuper en personne les espaces qu'il a empli de ses habitudes. Et quelqu'un transgresse une de ces habitudes, provoquant des circonstances qui vous empêchent d'y séjourner.

Il vous répond que ce n'est qu'une question de calendrier ; que vous n'avez qu'à venir à un autre moment. Mais on sent qu'il y a quelque chose de définitif dans cette transgression, que par elle il se fait propriétaire de la maison. La maison a perdu une part de son identité, elle n'est plus tout à fait "la maison des grands-parents". Et vous n'êtes plus sûr d'avoir seulement envie d'y retourner, car vous n'y retrouveriez plus ces milles rituels qui lui donnaient son âme.

Peut-être est-ce bien ainsi. Mais c'est un peu triste.

De la division Charlemagne au Djihad

Rédigé par MBKto - - Aucun commentaire

** edit 4 juillet 2015 ** J'ai modifié cet article après m'être aperçue d'une confusion (de ma part) entre le propos du livre et celui de la relation qui en est faite par le critique américain. C'est ce dernier (et ce dernier seulement) qui fait le parallèle entre les volontaires de la division Charlemagne et les jeunes djihadistes. Le livre lui-même, paru en 2011, ne fait absolument pas mention de ces derniers. Mes excuses les plus confuses pour cette erreur liée à mon inexpérience de la revue Books (postulant que les livres recensés étaient forcément récents, je n'avais pas fait la vérification qui s'imposait pourtant...).

Dans le numéro de mars 2015 de Books, que j'ai découvert avec grand intérêt par cette livraison, est proposée une critique américaine d'un livre français : Nous avons combattu pour Hitler par Philippe Carrard, chez Armand Colin.

Le critique, Robert Zaretsky, fait à partir de la lecture de ce livre le parallèle entre les jeunes Français partis "faire le djihad" et ceux qui avaient rejoint la division S.S. "Charlemagne" (constituée de volontaires français). La révélation de l'identité, et donc du profil, de certains de ces djihadistes français a perturbé l'idée qu'on se faisait de leurs motivations. Dans l'inconscient collectif, le militant islamiste "type", en France, est forcément un descendant d'immigrés maghrébins, en mal d'identité entre une société d'origine dont il ne fait plus partie et une société d'adoption qui ne l'intègre pas. Une jeunesse passée "dans les banlieues délabrées du pays", des diplômes sans valeur, un avenir obscurci en France, et voici la radicalisation expliquée assez facilement.

Les choses sont plus compliquées, écrit Robert Zaretsky.

[les deux islamistes français apparaissant sur la vidéo de l'exécution de Peter Kassing] "sont issus de milieux relativement stables, bourgeois, et, surtout, non musulmans. Ils étaient appréciés dans leur milieu et ne s'étaient que récemment convertis à l'islam."

Comment comprendre que des jeunes a priori intégrés dans une société moderne et une vie relativement confortable puisse s'engager dans un combat tel que celui prôné par les djihadistes de Daesh ? C'est ici que le parallèle avec les motivations des volontaires de la division Charlemagne devient intéressant.

Lire la suite de De la division Charlemagne au Djihad

Attendre sans perdre son temps

Rédigé par MBKto - - 2 commentaires

En parlant d'attente, je vous livre une remarque que j'ai lue il y a quelques mois - Dieu sait dans quoi.

On a toujours le sentiment que "les autres" nous font perdre du temps. Ce n'est pas exact.

Les autres vous feront attendre. Forcément. Toujours. Leur timing ne coïncidera que rarement avec le vôtre. Le premier point, c'est qu'il vaut mieux l'admettre que s'énerver contre. Car une fois cela admis, vous comprenez qu'il est de votre responsabilité de perdre (ou non) ce temps qu'ils vous font attendre. Faites-en un temps de lecture, un temps de "mini-vacances-dans-ma-tête", un temps d'échange avec un voisin, ce que vous voulez, ce ne sera plus du temps "perdu". (Vous pourrez presque remercier celui que vous attendiez de son retard, ah ah ah !)

Le deuxième point, c'est que vous aussi, vous faites attendre les autres. Soyez-en conscient. Pas toujours volontairement (on ne maîtrise pas tous les paramètres), mais tout de même. Ne les obligez pas à le nier (le "il y a longtemps que vous attendez ?" qui appelle forcément une dénégation polie : "oh non, à peine 5 minutes"), c'est odieux. Si vous êtes en retard, présentez vos excuses simplement et faites en sorte de ne pas aggraver leur propre timing.

Chinoiseries

Rédigé par MBKto - - Aucun commentaire

Saviez-vous que les idéogrammes qui composent le nom chinois de Coca-Cola signifient "appétissant et réjouissant" ? Ou que le nom chinois de Carrefour (le grand distributeur) signifie littéralement "Joie et bonheur pour la famille" ; quant à Auchan, ils ont renoncé à traduire le jeu de mots qui fait leur slogan français, car si la vie "aux champs" fleure bon le terroir chez nous, elle est connotée très négativement en Chine. Donc la transcription adoptée, s'éloigne un peu phonétiquement, mais signifie quelque chose comme "à la mode de l'Europe", ce qui est beaucoup plus exotique et donc vendeur.

Je suis tombée là-dessus dans 100 mots pour comprendre les Chinois, par Cyrille Javary (Albin Michel).

Fil RSS des articles de cette catégorie